Ticemed 14

Digitalisation des pratiques en éducation : risques, valeurs eT opportunités
Logos_Ticemed14

Lieu du colloque Ticemed14

21 Ismailia Desert Road, Ville Shorouk, Le Caire


Hébergements Ticemed14

Voici une liste d'hôtels préconisés par l'organisation
(mise en place d'une navette quotidienne pour rejoindre le colloque)

Hôtel Coût/nuitée Taxes et charges Total/nuitée (€)
65
19
84
68
20
88
71
20
91
76
22
98
77
22
99
80
23
103


Programme Ticemed14

(publication début septembre 2024)

Actes Ticemed14

(publication début octobre 2024)


Index auteurs Ticemed14

(publication début septembre 2024)


Normes de publication des textes



Droits d'inscriptions (registration fees)

Vous êtes : Jusqu’au 20 septembre 2024 Après le 20 septembre 2024
Doctorant-e-s, étudiant-e-s, personnel d’appui à la recherche
75 €
100 €
Enseignant-e-s-chercheur-e-s
160 €
200 €
Auditeur libre
30€
40 €
Dîner de gala
30 €
30 €

Pour vous inscrire et régler vos droits d’inscriptions (paiment en ligne par CB ou bons de commande, pas de règlement en espèces), un lien sera mis à votre disposition fin août.

Livret participant

(publication début septembre 2024)

Livret participant Ticemed14 2024 (Version française)
Document Adobe Acrobat [19.8 MB]

Les informations pratiques de l’éditionTicemed14 2024 sont identiques à celles de l’édition Ticemed13 2022.

Appel à Communication TICEMED 14

Colloque International 15 – 17 Octobre 2024 Caire, Egypte

Digitalisation des pratiques en éducation : risques, valeurs et opportunités

 

Organisé par les laboratoires :
Imsic (Université de Toulon et Aix Marseille Universités)
Crem (Université de Lorraine)
Université Française d’Égypte, Caire

Appel à communication Ticemed14 2024 (Version française)
Document Adobe Acrobat [351.3 KB]

Dans une lettre ouverte parue le 22 mars 2023[1], un des hommes les plus influents de la planète, Elon Musk et un groupe d’experts en intelligence artificielle (IA) réclament une suspension de six mois des recherches de systèmes plus puissants que ChatGpt 4, en évoquant des risques sociaux et humains potentiels (Future of Life, 2023, Piquard, 2023). Dans le domaine éducatif, comme ailleurs, les craintes sont effectivement nombreuses quant à l’usage de cette technologie. Parmi les questions que soulève l’IA figure, par exemple, celle de l’inclusion citoyenne dans un monde algorithmique, invitant à intégrer cette réflexion dans une éducation aux médias renouvelée (Labelle, 2020). De manière générale, ce monde semble échapper au contrôle des processus décisionnels démocratiques traditionnels, couplé à un risque d’addiction aux écrans souligné par de nombreux spécialistes (Desmurget, 2019) mais également nuancé par d’autres (Cordier et Erhel, 2023). Une simple introspection suffit en effet à relever le temps passé par tout un chacun sur les smartphones, les plateformes de vidéos en ligne, les objets connectés et nos ordinateurs, exploitant abondamment les mécanismes de l’IA.
Dans ce contexte, le risque d’« algocratie » est rampant, (Danaher, 2016 ; Bersini, 2023). En outre, la question de l’IA apparaît transversale dans ses enjeux sociaux : économiques, industriels, juridiques, éducatifs, éthiques et politiques (Direction du numérique pour l’éducation, 2023) . Comme indiqué dans la loi européenne sur l’intelligence artificielle (2021/0106 (COD) – 21/04/2021) « Face à la rapidité des avancées technologiques dans le domaine de l’IA, et dans un contexte politique mondial où de plus en plus de pays investissent massivement dans l’IA, les membres de l’UE doivent agir de concert pour exploiter les nombreuses possibilités offertes par cette technologie, ainsi que pour relever, d’une manière qui soit adaptée aux évolutions futures, les défis qu’elle pose. Depuis le lancement en avril 2018 de la stratégie européenne en matière d’IA , la politique en deux volets de la Commission consiste à faire de l’UE un pôle mondial de l’IA tout en veillant à ce que l’IA soit centrée sur l’humain et digne de confiance[2]». La question n’est cependant pas réservée à l’Union Européenne et doit être envisagée de façon globale et concertée.
La 14ème édition du colloque international Ticemed[3] invite ainsi les chercheurs en sciences de l’information et de la communication et en sciences de l’éducation et de la formation à nouer un dialogue avec leurs pairs en informatique, selon des regards croisés Nord-Sud. La vocation de Ticemed sera d’interroger les risques et opportunités à l’heure d’une digitalisation croissante des pratiques en éducation, selon un angle technologique, éthique et/ou culturel. Elle invitera les participants à s’exprimer sur différentes thématiques, en proposant des approches épistémologiques et méthodologiques variées autour de questions d’actualité et en questionnant les rapports entre technologie et éducation dans une perspective critique. Ainsi pourront-être interrogées différentes technologies de pointe utilisées en éducation dans une perspective de développement vertueux et éthique, mais aussi critique : robotique, intelligence artificielle, interaction homme-machine, simulations, réalité virtuelle, jumeaux numériques, dispositifs nomades ou encore traitement automatique du langage naturel…
Dès lors, il semble important de déterminer comment ces outils peuvent être introduits de façon pertinente dans les pratiques pédagogiques actuelles, et dans quelle mesure ils peuvent favoriser un apprentissage actif, un enseignement personnalisé, ou encore favoriser la collaboration et l’engagement des élèves. Ils interrogent également la façon dont les évaluations peuvent être menées et l’évolution du rôle des enseignants dans la relation pédagogique. Finalement, à quelles conditions l’usage de ces technologies est-il pertinent dans un cadre éducatif ? Quelles limites et quels risques rencontrent-elles ? Quelles perspectives et opportunités offrent-elles ? Ces questions liées à l’usage des technologies en contexte pédagogique invitent plus que jamais à des réflexions éthiques, qui seront au cœur de cette 14ème édition du colloque. La notion de responsabilité nécessite d’être qualifiée en termes pédagogiques.
Face aux évolutions comme la généralisation des campus et environnements d’enseignement ou d’apprentissage numériques, les enseignants doivent également reconstruire une identité et une déontologie professionnelles propre à l’usage d’un nouveau cadre de pratiques (Develay et al., 2006 ; Massou, 2021). Ces évolutions peuvent conduire à des risques psychosociaux liés à la perte de sens au travail ou à des conflits éthiques (Coutrot et Perez, 2022). Par conséquent, elles invitent à un nouvel accompagnement dans la formation. En outre, les enjeux climatiques mettent également les acteurs de l’éducation en tension, pris entre incitation au numérique et injonction à la sobriété numérique (Boboc et Metzger, 2023). L’orientation vers un environnement numérique plus responsable, résilient, ouvert, low tech et maîtrisé nécessite également une transformation technique, organisationnelle et culturelle. L’émancipation sociale et civique nécessaire pour accompagner ces changements ne peut raisonnablement être envisagée sans la participation du système d’éducation et de formation professionnelle, sous tutelle institutionnelle et politique. Il est également nécessaire d’analyser ces pratiques d’apprentissage avec le numérique dans et hors du temps scolaire, et leur impact sur l’évolution potentielle de la forme scolaire ou universitaire (Peltier et al., 2022). Nous pouvons enfin faire l’hypothèse que, malgré son empreinte carbone croissante, l’idée d’innovation pédagogique par le numérique peut donner du sens à l’éco-citoyenneté et contribuer à l’émancipation numérique des citoyens en augmentant leur capacité d’action (Céci et al., 2023), tout en favorisant une posture éthique chez l’ensemble des acteurs impliqués dans une situation éducative.
Enfin, le lieu d’accueil de cette 14ème édition invite à réfléchir aux potentialités offertes par le numérique lorsqu’il s’agit d’éducation culturelle ou d’enseignement de l’histoire. La culture patrimoniale de chaque pays comprend des œuvres d’art, des monuments, des livres, des bibliothèques et des manuscrits anciens. Tous ces objets doivent être préservés contre les catastrophes naturelles, les guerres, le vandalisme artistique, le changement climatique et l’ignorance religieuse. Pour ces raisons, les gouvernements et les organisations internationales telles que l’Unesco soutiennent le patrimoine numérique, comme en témoigne par exemple la Charte sur la conservation du patrimoine numérique[4]. De plus, le patrimoine numérique permet l’accessibilité virtuelle des sites archéologiques indisponibles. En quoi les technologies numériques servent-elles des intérêts éducatifs et pédagogiques lorsqu’il s’agit d’appréhender un patrimoine dans un contexte scolaire ?
Trois axes thématiques majeurs sont ainsi proposés pour une contribution au prochain colloque Ticemed qui se tiendra au Caire (Université Française d’Égypte) du 15 au 17 octobre 2024 :

1/ L’intégration des technologies en éducation ;

2/ L’usage éthique du numérique en éducation ;

3/ La médiation numérique, patrimoniale et culturelle en contexte académique.

L’ensemble de ces thèmes (déclinés ci-dessous) vise à interroger des pratiques pédagogiques potentiellement innovantes tout en cherchant à résoudre les tensions induites par ces nouveaux usages. Il peut s’agir de développer une réflexion sur le numérique (dans une visée heuristique), pour le numérique (dans une visée transformatrice), par et avec le numérique (en développant le pouvoir d’agir). Ticemed 14 cherchera en particulier à contribuer aux réflexions menées sur un usage critique du numérique en éducation, selon une visée émancipatrice.

Axe 1 : L’intégration des technologies en éducation

  • Intelligence artificielle
  • Robotique
  • Technologies mobiles ou nomades
  • Réalité virtuelle ou augmentée
  • Interaction homme-machine
  • Traitement automatique du langage naturel
  • Plateformes d’apprentissage en ligne
  • Apprentissage personnalisé ou adaptatif
  • Méthodes d’apprentissage actives
  • Pratiques innovantes en éducation (enseignement, évaluation…)

Axe 2 : L’usage éthique du numérique en éducation

  • Égalité (genre, profils d’apprenants…)
  • Inclusion (apprenants ayant des besoins spécifiques ou des difficultés…)
  • Responsabilité (environnementale, sociologique…)
  • Équité (déontologie, valeurs professionnelles…)
  • Durabilité ( impact environnemental, interopérabilité…)
  • Respect (vie privée, sécurité, transparence…)
  • Ouverture (ressources éducatives libres, communs numériques, interopérabilité…)
  • Éthique de l’usage des chats génératifs (vie privée, sécurité, risques…)
  • Éducation à une citoyenneté numérique
  • Émancipation individuelle et collective (développement personnel, vivre ensemble…)

Axe 3 : La médiation numérique, patrimoniale et culturelle en contexte académique

  • Gestion numérique du patrimoine culturel (préservation, médiation…)
  • Technologies pour un patrimoine numérique (dont l’IA)
  • Patrimoine numérique et développement durable
  • Patrimoine culturel et accessibilité numérique (réalité virtuelle ou augmentée, guides personnalisés…)
  • Pratiques pédagogiques innovantes sur le patrimoine culturel (gamification, simulation…)

 

Références :

Babeau, O, (2023). La tyrannie du divertissement. Buchet-Chastel.

Bersini, H. (2023). Algocratie : Allons-nous donner le pouvoir aux algorithmes ? De Boeck supérieur.

Boboc, A. et Metzger, J-L. (2023). La formation professionnelle entre injonction à la numérisation et impératif de sobriété, Appel à contribution pour la revue Distances et Médiations des Savoirs.https://journals.openedition.org/dms/8424

Bonfils, P., Dumas, P., Remond, E., Stassin, B., Vovou, I., (2020). L’éducation aux médias tout au long de la vie : Des nouveaux enjeux pédagogiques à l’accompagnement du citoyen. Actes du colloque international Ticemed 12 L’Education aux médias tout au long de la vie : des nouveaux enjeux pédagogiques à l’accompagnement du citoyen, Athènes, Grèce. Association internationale Ticemed. https://www.ticemed.eu/ticemed-12-athenes

Céci, J.-F., Heiser, L., et Romero, M. (2023). Le dispositif 5J5IA, un exemple de régulation critique de l’IA en éducation. In Enseigner et apprendre à l’ère de l’IA – Acculturation, intégration et usages créatifs de l’IA en éducation, livre blanc. Canopé. https://hal.science/hal-04032083

Cordier, A., Erhel, S. (2023). Mythes et réalités. Les enfants et les écrans. Editions Retz

Coutrot, T. et Pérez, C. (2022). Redonner du sens au travail. Seuil.

Danaher, J. (2016). The Threat of Algocracy: Reality, Resistance and Accommodation. Philosophy &. Technology, 29, 245–268. https://doi.org/10.1007/s13347-015-0211-1

Desmurget, M. (2019). La Fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants. Seuil.

Develay, M., Godinet, H. & Ciekanski, M. (2006). Pour une écologie de la responsabilité pédagogique en e-formation. Distances et savoirs, 4, 61-72. https://doi.org/10.3166/ds.4.61-72

Direction du numérique pour l’éducation (2023). Intelligence artificielle et éducation. Apports de la recherche et enjeux pour les politiques publiques. Éducation, numérique et recherche. https://edunumrech.hypotheses.org/8726

Future of Life Institute (2023), Pause Giant AI Experiments: An Open Letter, https://futureoflife.org/open-letter/pause-giant-ai-experiments/

Labelle, S. (2020). Algorithmes et éducation aux médias : rétroingénierie, pratiques ordinaires et débats citoyens », in : Bonfils, P., Dumas, P., Remond, E., Stassin, B., Vovou, I. (dires). L’éducation aux médias tout au long de la vie : Des nouveaux enjeux pédagogiques à l’accompagnement du citoyen., Athènes, Grèce. https://shs.hal.science/halshs-03206274v2/document

Massou, L. (2021). Pour une approche compréhensive de l’analyse des usages du numérique en contexte professionnel. Le cas de l’enseignement supérieur. Habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication. Université de Lorraine. https://shs.hal.science/tel-03113900/

Peltier, C., Peraya, D., Bonfils, P et Heiser, L. (2022). La forme universitaire à l’épreuve des pratiques médiatiques personnelles, Questions de communication, 42, 431-452. http://journals.openedition.org/questionsdecommunication/30184

Piquard, A. (2023) . Elon Musk et des centaines d’experts réclament une « pause » dans le développement de l’intelligence artificielle, Le Monde, 29 mars. https://www.lemonde.fr/economie/article/2023/03/29/elon-musk-et-des-centaines-d-experts-reclament-une-pause-dans-le-developpement-de-l-ia_6167461_3234.html

Remond, E., Massou, L., Bonfils, P., (dirs), (2021), Enseignement supérieur et numérique. Mondialisation, mobilités, Presses universitaires de Nancy – Éditions universitaires de Lorraine.

Recommandations aux auteurs

 Orientation épistémologique générale :

Bien que des réflexions théoriques concises et spécifiques soient prises en considération, l’orientation épistémologique générale des colloques Ticemed est de favoriser la publication de recherches en cours solidement empiriques. L’indication des cadres conceptuels, des méthodologies employées et une présentation claire des résultats obtenus sont indispensables à l’évaluation des propositions de communication par le comité scientifique.

Soumission et langues de travail :

Proposition d’une communication anonyme “ abstract” (2500 signes, hors bibliographie, en format .doc), en français ou en anglais ;

  • Texte pour les actes en ligne du colloque (15000 signes, actes avec ISBN) : français ou anglais, avec deux résumés (en français et en anglais), et un éventuel troisième résumé en langue native de l’auteur, en respectant les instructions qui seront fournies aux auteurs lors de l’acceptation ;
  • Communication orale (20 minutes + débat 10 mn) : français ou anglais avec un support visuel en français ou anglais, selon les consignes qui seront fournies lors de l’acceptation définitive ;
  • Publication d’une sélection de textes (30 à 40000 signes) dans 2 numéros spéciaux qui seront soumis à la Revue des Interactions Humaines Médiatisées (RIHM), revue qualifiante francophone et anglophone, accessible en ligne et à la série Communications in Computer and Information Science (CCIS) chez Springer.

Procédure de sélection des propositions de communication :

Évaluation en double aveugle par les comités du colloque.

Tous les textes soumis doivent être anonymisés, notamment en remplaçant les autocitations par le mot générique « auteur ».

Les textes doivent être soumis au format Word .doc

Dates à retenir :

  • 11 mars 2024 : Résumés –Abstracts– (2500 signes, hors bibliographie) à soumettre par e-mail à ticemed14-abstracts@univ-tln.fr
  • 21 mars 2024: Notification des décisions sur les résumés –abstracts– fournis
  • 15 mai 2024: Soumission des textes complets des communications (15000 signes) sur la plateforme dont les coordonnées seront fournies ultérieurement
  • 01 juillet 2024: Notification de la décision sur le texte de la conférence, avec modifications éventuelles à renvoyer avant le 15 septembre 2924
  • Octobre, 15-16-17, 2024: TiceMed14 Conférence, Université Française d’Égypte, Le Caire
  • Novembre, 2024: Soumission du texte final pour publication dans les Actes en ligne (avec ISBN, 15000 signes)
  • Décembre 2024 : transmission des consignes aux auteurs pour publication des numéros spéciaux de la Revue des Interactions Humaines Médiatisées (RIHM) et de la série anglophone Communications in Computer and Information Science (CCIS) publiée chez Springer.

En cas de difficulté́ technique, contacter ticemed14@univ-tln.fr.

Vous trouverez progressivement toutes les informations utiles sur le site web du colloque : 
https://www.ticemed.eu/

Comité d’organisation TICEMED 14

Dominique Adolphe, Université Française d’Égypte (UFE), Le Caire, Égypte 
Marco Alfonse, Université Française d’Égypte (UFE), Le Caire, Égypte
Sami Ben Amor, Université de Toulon, France
Philippe Bonfils, Université de Toulon, France
Jean-François Céci, Université de Pau et des Pays de l’Adour, France
Philippe Dumas, Université de Toulon, France
Mariam Gawish, Université Française d’Égypte (UFE), Le Caire, Égypte
Christine Lahoud, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM), France
Luc Massou, Université de Lorraine, France
Sherin Moussa, Université Française d’Égypte (UFE), Le Caire, Égypte
Émilie Remond, Université de Poitiers, France

Comité scientifique TICEMED 14

Marie-Hélène Abel, Université Technologique de Compiègne, Compiègne, France

Etienne-Armand Amato, Université Paris Est Marne-la-Vallée, France

Mostafa Aref, Ain Shams University, Cairo, Egypt

Mahmoud Attallah, Arab Open University, Egypt

Hajar Baazaoui, CY Université, Cergy-Pontoise, France

Abderrahmane Amsidder, Université d’Agadir, Maroc

Jean-Luc Bergey, Université de Lorraine, France

Baptiste Bohet, Université Sorbonne Nouvelle, Paris, France.

Kamel Bouraoui, Université Virtuelle de Tunis, Tunisie

Faten Chaieb-Chakchouk, EFREI, Villejuif, France

Jean-François Cerisier, Université de Poitiers, France

Bernadette Charlier, Université de Fribourg, Suisse

Anne Cordier, Université de Lorraine, France

Fathallah Daghmi, Université de Poitiers, France

Michel Durampart, Université de Toulon, France

Cynthia Eid, Université de Montréal, Canada

Kamal Eldhashan, Al-Azhar University, Cairo, Egypt

Dima Elhusseini, Université Française d’Egypte, Cairo, Egypt

Ghada Elkhayat, Alexandria University, Alexandria, Egypt.

Jérôme Eneau, Université de Rennes 2, France

Germain Forestier, Université de Haute-Alsace, Mulhouse, France

Imed Gargouri, Université de Sfax, Tunisie

Thierry Gobert, Université de Perpignan, France

Walid Hussein, The British University in Egypt, Cairo, Egypt

Christine Lahoud, Université de Technologie de Belfort-Montbéliard, Belfort, France.

Sylvie Leleu-Merviel, Université Polytechnique des Hauts de France, France

Valérie Lépine, Université Montpellier 3, France

Nikos Mastorakis, Hellenic Naval Academy, Piraeus, Greece

Cathia Papi, Télé Université du Québec, Canada.

Daniel Peraya, Université de Genève, Suisse

Katarzyna Potyrała, Polytechnikum de Cracovie, Pologne

Carla Serhan, Université de Balamand, Liban

Stéphane Simonian, Université de Lyon 2, France

Brigitte Simonnot, Université de Lorraine, France

Bérengère Stassin, Université de Lorraine, France

Florence Thiault, Université de Rennes 2, France

Farid Toumi, Université d’Agadir, Maroc

Philippe Useille, Université Polytechnique des Hauts de France, France

Carsten Wilhem, Université de Haute Alsace, France

George Zaki, University of Maryland, College Park, Maryland, Etats-Unis.


[1]  Pause Giant AI Experiments: An Open Letter, Future of Life Institute. 22 mars 2023. https://futureoflife.org/open-letter/pause-giant-ai-experiments/

[2] A ce propos, voir la communication en ligne de la Commission au Parlement européen, au Comité économique et social européen et au Comité des régions : “Favoriser une approche européenne en matière d’intelligence artificielle” : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52021DC0205&from=FR.

[3] Ticemed est une association à but non lucratif basée à l’Université de Toulon (France) https://www.ticemed.eu/. Depuis 2003, son colloque bisannuel fournit un cadre aux réflexions portant sur l’intégration du numérique dans l’enseignement, dans des contextes éducatifs variés au sein de la francophonie et du pourtour méditerranéen (voir dernières éditions : Bonfils et al., 2020 ; Remond et al., 2021).

[4] Charte de l’Unesco sur la conservation du patrimoine numérique, 2009, UNESCO. En ligne : https://unesdoc.unesco.org/ark:/48223/pf0000179529_fre.locale=fr